Midis de l'ARES

Depuis le début des années 2000, le monde est plus numérique et immatériel que jamais. L’internet, les smartphones, le cloud, les data, les vélos électriques, les énergies renouvelables révolutionnent notre manière de communiquer, de consommer, de produire, de nous éduquer, de travailler, de nous déplacer, de nous soigner… bref, de vivre.  Et cela peut séduire.

Dans le cadre du projet « VAE 2020 » mis en oeuvre en Fédération Wallonie-Bruxelles avec le soutien financier du le Fonds social européen, les universités participantes ont réalisé des actions en faveur du développement de l’accès à l’enseignement supérieur par la valorisation des acquis de l’expérience (VAE). Après une décennie d’activités, l’heure est au bilan : Quels sont les résultats ? Qui sont les bénéficiaires de la VAE ? Quels sont leurs parcours ? Quels liens avec le marché de l’emploi ? Et quelles perspectives pour la VAE dans l’enseignement supérieur ?

La mobilité internationale est devenue aujourd’hui un enjeu majeur pour les chercheur·e·s comme pour les établissements d’enseignement supérieur. Si beaucoup est fait pour l’encourager, tous les domaines de recherche n’offrent pas les mêmes opportunités et la mobilité elle-même se révèle parfois difficilement compatible avec la vie privée et familiale. Où en est-on en Fédération Wallonie-Bruxelles ? Quelles formes cette nécessaire mobilité peut-elle prendre et existe-t-il des alternatives crédibles à la mobilité de longue durée ?

À l’aube de la connaissance sur la digitalisation de l’enseignement supérieur et des évolutions récentes dans les discours sur la formation continue, penser l’avenir et imaginer un lieu où l’apprentissage tout au long de la vie serait central, tant dans les décisions politiques et académiques que dans le quotidien des citoyens, est l’exercice mené par une équipe interdisciplinaire de recherche centrée sur la formation des adultes, qui propose de nous emmener en voyage.

Le quatrième objectif de l’Agenda 2030 des Nations unies pour le développement durable consiste à « assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et à promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie ». Pour l’atteindre, les États sont invités à encourager l’éducation citoyenne, qui passe notamment par l’éducation à la citoyenneté mondiale (ECM), et à faire en sorte que, d’ici à 2030, « tous les étudiants acquièrent les connaissances et les compétences nécessaires pour promouvoir le développement durable ».

Actualités
Actualités