Midis de l'ARES

Le 1er janvier 2016 entrait en vigueur l’« Agenda 2030 », un ambitieux plan d’actions onusien décliné en 17 objectifs de développement durable (ODD) universels à atteindre dans les quinze ans. Intitulé « Transformer notre monde : le Programme de développement durable à l’horizon 2030 et avec le mot d’ordre « Leave no one behind », ce nouvel agenda international entend « engager le monde sur une voie durable, marquée par la résilience » en conciliant les trois dimensions du développement durable : économique, sociale et environnementale.

La dimension « ouverte » de la recherche et de la communication scientifiques est, depuis plusieurs années, identifiée comme un réel enjeu de société. Multiforme, l’Open Science touche à la fois la recherche (Open Data), l’enseignement (Open Education), la recherche-développement (Open Innovation), mais aussi la publication et l’édition scientifiques (Open Access). Cette nouvelle manière, plus démocratique, de « faire science », remet, à son tour, en question, une série d’autres modèles connexes, comme l’évaluation de la recherche ou la façon dont on accède aux publications et à quel(s) prix…

La dimension linguistique – en particulier l’organisation de programmes en anglais – occupe une place de plus en plus importante dans les stratégies d’internationalisation des établissements d’enseignement supérieur. La langue est effectivement perçue comme essentielle en termes d’attractivité internationale des étudiants, des chercheurs et enseignants. Mais de nombreux défis se posent, lesquels vont bien au-delà des relations internationales.

La période transitoire pour mise en application du Règlement général de protection des données (RGPD) prend fin le 25 mai 2018. Ce règlement suscite de nombreuses questions pour les établissements d’enseignement supérieur qui collectent et conservent des données à caractère personnel.

Compétences, aptitudes, connaissances, capacités, savoir-faire, savoir-être, etc. Ces termes, appréciés des pédagogues, sont aujourd’hui omniprésents lorsqu’il est question d’enseignement supérieur. Ils reflètent l’approche « par acquis d’apprentissage » plébiscitée par le secteur depuis une quinzaine d’années. Fin en soi ou nouvel effet de mode dans l’enseignement supérieur ?

Actualités
Actualités