/ Bourses

L'appel à candidatures pour l'année académique 2018-2019 est clôturé.

Le prochain appel sera lancé dans le courant du mois de septembre 2018.

 

01/ Objectif

A vocation principalement juridique, le master de spécialisation en droits de l'homme est conçu dans une perspective interdisciplinaire. Son programme répond à cinq objectifs :

  1. Le premier objectif est d'offrir aux étudiants la possibilité d'acquérir une compétence juridique spécialisée dans le domaine des droits de l'homme, tant sur le plan international que sur le plan interne. Dans ses aspects juridiques, en effet, le programme du master concerne tant les garanties des droits de l'homme qu'offrent les juridictions et institutions internationales que la protection de ces droits au sein de l'État.
  2. Le deuxième objectif du master est d'assurer aux étudiants la maîtrise d'un ensemble d'instruments issus des sciences humaines (histoire-philosophie-sociologie ) qui leur permettront non seulement de mieux comprendre les enjeux des droits de l'homme, mais aussi de contribuer à une mise en oeuvre plus efficace de leur protection.
  3. En outre, le master a pour but d’offrir aux étudiants la possibilité d'adapter leur programme d'étude en fonction de leurs centres d'intérêt. Dans ce but, le programme du master propose aux étudiants une gamme d’unités d’enseignement optionnelles qui, sous la forme de cours ex cathedra ou de séminaires, concernent certaines questions particulièrement actuelles dans le développement contemporain des droits de l'homme
  4. Compte tenu des orientations précédentes, le programme du master est également organisé afin de répondre à un ensemble de besoins spécifiques des pays en développement (PED). La formation concernant les normes juridiques internationales et leurs garanties d’application doit permettre d’améliorer l’application des droits de l’homme dans les PED. Le programme entend ainsi contribuer au renforcement de l’État de droit et de la démocratie dans les PED, en tant que conditions de la paix et du développement.En sciences humaines, l’étude des conditions théoriques, historiques, politiques et sociales dont dépendent la reconnaissance et l’effectivité des droits doit permettre d’éclairer les spécificités du contexte des PED. Les unités d’enseignement optionnelles quant à elles comprennent, non seulement un enseignement spécifique sur les rapports entre droits de l’homme et développement, mais aussi des enseignements portant sur questions étroitement liées à la situation politique et sociale des PED (asile, droit humanitaire pénal, droit et discrimination fondée sur le genre).
  5. Enfin, le dernier objectif du master est d'encourager le dialogue entre les disciplines représentées (droit, philosophie, sociologie, histoire), dans une matière qui requiert spécialement qu'elles collaborent entre elles.
    Cette interdisciplinarité signifie pour l'étudiant qu'il se verra doté d'un appareil critique lui permettant de forger sa propre compréhension de la problématique des droits de l'homme. Pour l'équipe d'enseignants, l'interdisciplinarité exige une collaboration réelle qui, au-delà de la nécessaire coordination entre les enseignements que suppose la cohérence du programme, repose sur la poursuite de recherches communes entre diverses disciplines.

02/ Contenu de la formation

 

1. Unités d’enseignement obligatoires

1.1.Enseignements juridiques (120 h / 20 crédits) :

1.1.1. Droits liés à l'autonomie de la personne (45 h / 8 crédits)
1.1.2. Systèmes de protection des droits de l’homme (45 h / 8 crédits)
1.1.3. Dimensions collectives des droits de l'homme (30 h / 4 crédits)

1.2. Enseignements de sciences humaines (90 h / 12 crédits) :

1.2.1. Philosophie des droits de l'homme (30 h / 4 crédits)
1.2.2. Histoire et politique des droits de l'homme (30 h / 4 crédits)
1.2.3. Sociologie des droits de l'homme (30 h / 4 crédits)

2. Unités d’enseignement optionnelles

Chaque étudiant est tenu de choisir deux unités d’enseignement optionnelles (60 h / 8 crédits) dans la liste suivante :

2.1. Droit du procès équitable (30 h / 4 crédits)
2.2. Droit d’asile et des réfugiés (30 h / 4 crédits)
2.3. Droits de l'homme et société de l'information (30 h / 4 crédits)
2.4. Droit humanitaire pénal (30 h / 4 crédits)
2.5. Bioéthique et droits de l'homme (30 h / 4 crédits)
2.6. Droits de l’homme et développement (30 h / 4 crédits)
2.7. Law and gender discrimination (30 h/4 crédits)

3. Séminaire

Chaque étudiant est tenu de choisir l’un des trois séminaires (15 h de séances communes, plus réalisation d'un travail personnel de fin d’études, l’ensemble représentant 20 crédits) :

3.1. Séminaire I (interdisciplinaire) (15 h + travail de fin d’études /20 crédits)
3.2. Séminaire II (juridique) (15 h + travail de fin d’études / 20 crédits)
3.3. Séminaire III (en sciences humaines) (15 h + travail de fin d’études/20 crédits)

4. Monitorats facultatifs

L’étudiant peut en outre suivre un plusieurs monitorats à titre facultatif. Il n’y a pas d’ECTS attachés à cette offre.

4.1. Monitorat I (60 h)
4.2. Monitorat II (60 h)
4.3. Monitorat III (60 h)

03/ Conditions d'admission

 

Conformément au Règlement des études et des examens du master de spécialisation en droits de l’homme et à la pratique de ses organes d’application, ont accès audit master en vertu d’une décision du Bureau du Conseil et pour autant qu’ils se soient distingués dans leurs études supérieures ou qu’ils puissent justifier d’une expérience personnelle ou professionnelle substantielle dans le domaine des droits de l’homme, les étudiants porteurs :

  • soit d’un grade académique sanctionnant des études de deuxième cycle de 120 crédits en droit ;
  • soit d’un grade académique sanctionnant des études de deuxième cycle de 120 crédits au moins dans un domaine en rapport avec la matière du master de spécialisation, après avis motivé du Bureau ;
  • soit d’un grade académique sanctionnant des études de deuxième cycle de 120 crédits au moins, complété par une compétence particulière du candidat acquise par son expérience personnelle ou professionnelle dans le domaine des droits de l’homme, après avis motivé du Bureau ;
  • soit d’un grade académique similaire à ceux mentionnés précédemment délivré en Communauté flamande, en Communauté germanophone ou par l’Ecole royale militaire, aux mêmes conditions ;
  • soit d’un grade académique étranger reconnu équivalent à ceux mentionnés précédemment en application de la législation de la Communauté française applicable, d’une directive européenne ou d’une convention internationale, aux mêmes conditions.

Ont également accès au master de spécialisation, les étudiants qui, en vertu de la législation de la Communauté française applicable, auraient accès aux études en vue de l'obtention du grade académique qui sanctionne des études de deuxième cycle, et ont acquis des compétences valorisées par le Bureau pour au moins 300 crédits. Dans sa pratique constante, le Bureau considère qu’une telle valorisation ne peut être accordée si le candidat n’est pas d’ores et déjà porteur d’un grade académique sanctionnant des études de deuxième cycle.

Le cas échéant, le Bureau pourra inclure dans le programme d’études de l’étudiant des unités d’enseignement supplémentaires portant sur les bases du droit international public ou sur les notions et sources du droit. Chacune de ces unités d’enseignements est valorisée pour 4 ECTS. La réussite des examens sanctionnant ces enseignements constitue une condition de réussite du programme du master de spécialisation en droits de l’homme.

04/ Informations complémentaires

 

Nombres de bourses disponibles : 10

Durée de la formation : une année académique. Début : 17 septembre 2018

Langue de l'enseignement : la langue d’enseignement et d’évaluation pour les activités d’apprentissage est, en principe, le français. Une unité d’enseignement optionnelle – Law and gender discirimination – est toutefois organisée en anglais. Par ailleurs, des documents rédigés en anglais peuvent être utilisés dans toutes les activités d’apprentissage.

05/ Établissement(s) organisateur(s)

 

Université Saint-Louis – Bruxelles

  • Responsable académique : Professeur Sébastien Van Drooghenbroeck, Président du Master de spécialisation en droits de l’homme

Université catholique de Louvain

  • Responsable académique : Professeur Olivier De Schutter

Université de Namur

  • Responsable académique : Professeure Nathalie Colette-Basecqz

06/ Personne(s) de contact

 

Pour des informations sur le contenu du cours

Madame Anne-Alexandra Fournier
Université Saint-Louis – Bruxelles
Service des relations internationales – activités ARES-CCD
119, rue du Marais, 1000 Bruxelles
T : +32 2 211 78 50
E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Pour toute information concernant l'organisation de la formation, cliquez ici

 

Actualités

logo DGD soutien

Actualités