Le Comité femmes et sciences (CF&S)

Institué par le décret du 10 mars 2016, le CF&S est accueilli par l’ARES, qui en assure le secrétariat. Il a pour missions de :

  • formuler des avis et des recommandations sur les questions d’égalité femmes-hommes dans les domaines académique et scientifique ;
  • assurer, dans ces questions, l’échange d’informations et de bonnes pratiques concernant l'égalité femmes-hommes dans les carrières académiques et la recherche scientifique ;
  • faciliter la mise en œuvre des dispositions liées à l’égalité hommes-femmes de la Charte européenne du chercheur et du Code de conduite pour le recrutement des chercheurs ;
  • participer à la définition des prises de positions de la Fédération Wallonie-Bruxelles auprès du groupe d’Helsinki

Le CF&S est composé de 2 représentants par institution ou service qui y siège, soit les 6 universités, le FRS-FNRS, l’ARES, la Direction générale de l'enseignement non obligatoire et de la recherche scientifique et la Direction de l’égalité des chances du Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles, et le représentant de chaque ministre compétent, à savoir le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, et la ministre des Droits des femmes et de l’Égalité des chances. Les personnes de contact « genre » des universités et du FRS-FNRS assistent aux réunions sans voix délibérative.

Le CF&S a adopté un programme de travail pluri annuel (2016-2018) décliné en axes et en actions. Ce programme est mis en œuvre grâce à des groupes de travail correspondant aux 5 axes du programme :

  1. Critères de régulation de la recherche et des carrières
  2. Conciliation des vies privées et professionnelles
  3. Situation professionnelle des chercheur·e·s
  4. Genre et politiques d’enseignement et de formation
  5. Reconnaissance des femmes dans la recherche et les résultats de recherche portant sur le genre

Présidence : Bernard Fusulier, Université catholique de Louvain

Personnes de contact ARES : 

  • Lise-Anne Hondekyn - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 
  • Catherine Ceuppens - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

Décisions du Comité femmes et sciences :

01 / Réunion du 3 octobre 2016

Lors de cette réunion du 3 octobre, les membres du comité ont adopté leur règlement d'ordre intérieur, comme l'exige le décret du 24 mars 2016 instituant le Comité femmes et sciences (article 7).

Ce règlement rappelle l'objectif et les missions du comité, le mode de désignation de la présidence, de la vice-présidence et du secrétariat dont il précise le rôle. Il définit également le mode de fonctionnement des groupes de travail spécialisés dont la création éventuelle est prévue par le décret, ainsi que l'organisation des réunions et les règles de prise des décisions.

Comme le prévoit le décret, ce ROI sera communiqué aux ministres compétents à savoir, le Ministre de l'Enseignement supérieur et la Ministre des Droits des femmes et de l'Egalité des chances.

02 / Réunion du 28 novembre 2016

Lors de cette réunion du 28 novembre, les membres du comité ont rédigé leur programme de travail pluriannuel, pour les années académiques 2016-2017 et 2017-2018.

Ce programme de travail comportera 5 axes :

  1. Critères de régulation de la recherche et des carrières
  2. Conciliation des vies privée et professionnelle
  3. Situation professionnelle des chercheur-e-s
  4. Genre et politiques d’enseignement et de formation
  5. Reconnaissance des femmes dans la recherche et les résultats de la recherche portant sur le genre

Lorsque le programme sera validé, des priorités pour 2017 et les moyens de les opérationnaliser seront définis.

Par ailleurs, le comité a discuté de la prise en compte du genre dans la réforme de la formation initiale des enseignants. Il a reçu Nadine Plateau, présidente de la commission « enseignement » du Conseil des femmes de Belgique, et Pascale Génot, responsable, au sein du cabinet du ministre de l’enseignement supérieur, des travaux liés à cette réforme. Les discussions ont porté sur l’intégration du genre dans le futur décret et dans la formation-même des enseignants. Le comité pourrait émettre un avis sur l’avant-projet de décret lorsqu'il sera discuté, au début de l'année 2017.

03 / Réunion du 15 février 2017

Lors de cette réunion du 15 février 2017, les membres du Comité Femmes et Sciences ont adopté leur programme de travail pluriannuel, pour les années académiques 2016-2017 et 2017-2018.
 
Ce programme de travail comporte cinq axes :
 
  • Critères de régulation de la recherche et des carrières
  • Conciliation des vies privée et professionnelle
  • Situation professionnelle des chercheur.e.s
  • Genre et politiques d’enseignement et de formation
  • Reconnaissance des femmes dans la recherche et des résultats de la recherche portant sur le genre
 
Ce programme de travail étant validé, les membres du comité ont discuté de sa mise en oeuvre opérationnelle. Ainsi des groupes de travail ont été créés correspondant chacun à un des cinq axes mentionnés ci-dessus. 
Ces groupes se réuniront dans les prochaines semaines afin de choisir une action prioritaire qui devrait déboucher, d'ici la fin de l'année, sur un "délivrable" par axe. Des expert.e.s pourront rejoindre ces travaux pour y contribuer sur des questions pointues et de manière occasionnelle. 
 
Pour consulter le programme de travail pluriannuel du CF&S, cliquer ici
 

04 / Réunion du 28 avril 2017

 
La réunion du Comité Femmes & science du 28 avril 2017 a été essentiellement consacrée à discuter des thématiques liées aux axes du programme de travail pluriannuel du comité, ainsi que d'outils de communication (logo et newsletter).

Les thématiques de travail

Les membres ont débattu des résultats de leurs travaux de ces dernières semaines sur quatre des cinq thématiques du programme de travail.

  • Thématique liée à l'axe 1. Critères de régulation de la recherche et des carrières.

    Les travaux sur cette thématique concernent dans l'immédiat deux actions :

    • dresser un panorama de la prise en compte de la dimension du genre / sexe dans les projets de recherche en Fédération Wallonie-Bruxelles (universités et bailleurs de fonds). Il s’agira d’interroger les principaux bailleurs de fonds sur l’intégration du genre /sexe dans les projets de recherche à tous les stades (de la sélection à l’évaluation, en passant par le financement),
    • mener une réflexion sur la possibilité d'introduire un critère d’égalité femmes - hommes dans la clef de répartition du financement des actions de recherche concertée (ARC) octroyé aux différentes universités.

  • Thématique liée à l'axe 2. Conciliation des vies privées et professionnelles.

    Le travail est actuellement focalisé sur l'étude, dans chaque université et pour chaque type de personnel universitaire, des congés circonstanciels (maternité, naissance, adoption, écartement prophylactique pré et post natal), de la manière dont la législation est mise en œuvre, des éventuels freins et de l'information sur ces congés au personnel, et cela, avec l’objectif d’établir un tableau des « bonnes pratiques ».

  • Thématique liée à l'axe 3. Situation professionnelle des chercheur·e·s.

    La question du "mentoring" sous ses différents aspects sera étudiée lors d'un workshop organisé à l'ARES le 31 mai 2017 sous le titre "Le mentoring dans le monde académique: conceptualisation et conception d'un prototype", avec l’objectif de soutenir chaque institution dans sa réflexion et sa mise en œuvre d’une telle politique.

  • Thématique liée à l'axe 4. Genre et politiques d’enseignement et de formation.

    Dans un premier temps, un avis sur l'intégration du genre / sexe dans l'avant-projet de décret relatif à la formation initiale des enseignants sera élaboré.

Les outils de communication : logo et newsletter

Le Comité Femmes & sciences s'est doté d'un logo afin d'identifier visuellement ses documents. Il a également décidé de produire et de diffuser un "CF&S Infos".

05 / Réunion du 12 juillet 2017

Lors de la réunion du Comité Femmes et sciences du 12 juillet, les membres ont surtout débattu de l'avancée des travaux des groupes créés afin de mettre en oeuvre les objectifs du programme de travail du comité. Ces objectifs sont déclinés en axes de travail qui correspondent chacun à un groupe.

Quelques avancées notables sont à épingler dans les travaux de ces groupes, depuis quelques semaines.

Les membres du groupe axe 1 (critères de régulation de la recherche et des carrières) ont formulé la recommandation que soient explorées les possibilités et l’impact de l’introduction d’un critère de genre / de sexe ou de diversité dans la clef de répartition du financement des actions de recherche concertée (ARC) octroyée aux universités de la FWB.

Le groupe de travail axe 2 (conciliation des vies professionnelles et privées) poursuit sa collecte d'informations sur les congés circonstanciels en vue de réaliser un état des lieux comparatif de la situation dans chaque université et d'examiner si des solutions communes aux institutions et des bonnes pratiques peuvent être dégagées.

Dans le cadre des travaux du groupe axe 3 (situation professionnelles des chercheur·e·s), un workshop sur le mentoring a été organisé le 31 mai. Sous le titre de "Le mentoring dans le monde académique: conceptualisation et conception d'un prototype", Hélène Adam (Sciences de l’éducation, UCL) et Caroline Vincke (Sciences forestières, UCL), qui ont toutes deux collaboré au projet GARCIA, ainsi que Valérie De Cock (Sciences psychologiques et de l'Éducation, l’ULB), qui a réalisé un état des lieux des programmes de mentorat dans les universités flamandes, ont présenté le type de publics ciblés par ces programmes de mentorat, leurs objectifs et leur organisation effective.

Le groupe de travail axe 4 (genre et politiques d’enseignement et de formation) a rédigé un avis sur l'avant-projet de décret définissant la formation initiale des enseignants, avis qui a été adressé au Ministre de l'Enseignement supérieur. Cet avis comporte une série de propositions sur les articles 15, 37 et 48. Il insiste également pour que les problématiques liées au genre soient transformées en compétences transversales faisant partie intégrante de la formation initiale des enseignants.

06 / Réunion du 26 septembre 2017

Relevé des points de suivis du Comité Femmes & Sciences du 26.09.2017 :

  1. Séminaire « santé, sexualité, genre » : une série de séminaires commencera le 24 octobre. Ils s’étaleront tout au long de l’année à l’USL-B.
  2. La présentation de la mise en œuvre et de l’état d’avancement du décret relatif à l’intégration de la dimension de genre dans l’ensemble des politiques de la Communauté française (D.07-01-2016 M.B. 12-02-2016) a été réalisée par Alexandra Andriaenssens, Directrice, Direction de l’Egalité des Chances du Ministère de la FWB. Cet exposé a permis aux membres du Comité F&S de prendre connaissance des avancées en matière d’intégration du genre dans les politiques publiques.
  3. Les 5 groupes de travail travaillant sur les différents axes : Critères de régulation de la recherche et des carrières, conciliation des vies privée et professionnelle, situation professionnelle des chercheur.e.s., genre et politiques d’enseignement et de formation et reconnaissance des femmes dans la recherche et les résultats de recherche portant sur le genre ont présenté leurs tâches et projets de calendrier pour l’année académique en cours. 
  4. Plateforme de connaissance et de formation UEFGM (UNITED TO END FGM) : il est convenu que la DEC adresse aux membres du Comité, une note comportant une information complète et « prête-à-l’emploi » qui pourra être relayée via les réseaux internes des universités notamment aux écoles de santé publique.
  5. Projet de CF&S info : une réflexion doit encore être menée par les membres du Comité sur le public cible de cette lettre d’information ainsi que sur sa fréquence de diffusion.
  6. Le Groupe d’Helsinki : une des 4 missions du Comité, est de participer à la      définition des prises de positions de la délégation de la Communauté française auprès du groupe D’Helsinki qui s’appelle désormais ERAC Standing Working Group on Gender in Research and Innovation. Le représentant de la DGENORS fournira des informations de ce groupe deux fois par an après chacune de ses réunions.

 

Actualités